Bienvenue sur

Menu principal


La dermatite atopique





Document sans nom

 

La dermatite atopique canine

 

Le dermatite atopique constitue l'une des principales dermatites allergiques du chien, avec la dermatite par allergie aux piqûres de puces. Elle résulte d'une prédisposition héréditaire de l'animal à synthétiser divers anticorps contre des antigènes présents dans l'environnement.
Il s'agit d'une dermatose aux mécanismes particulièrement complexes, et incomplètement connus que ce soit en allergologie vétérinaire ou humaine. Elle résulte à la fois de facteurs intrinsèques, notamment génétiques, propres à l'animal, et de facteurs extrinsèques présents dans l'environnement, comme des acariens ou des pollens. Il ne s'agit nullement d'une dermatose contagieuse, par contre elle est transmissible de l'animal à sa descendance. Il est donc fortement déconseillé de faire reproduire les chiens présentant une dermatite atopique sévère sous peine de voir apparaître les mêmes manifestations cliniques chez cette descendance.

Epidémiologie
Cette dermatite allergique apparaît généralement entre six mois et trois ans, mais les premières manifestations peuvent apparaître chez des animaux plus jeunes ou plus âgés.
Il existe de très nombreuses prédispositions raciales, qui varient notamment selon les auteurs, et le pays dans lequel l'étude a été effectuée. En France, elle est principalement rencontrée chez les bouledogues français et anglais, le Boxer, les Labrador et Golden retriever, le Shar pei, le berger allemand, ou encore le Westie.

 

Dermatite atopique chez un Westie

Signes cliniques
Cliniquement, la dermatite atopique canine va se traduire par l'apparition de rougeurs sur diverses localisations corporelles, comme les oreilles, les babines, les pattes, les régions génitales et l'anus. Avec le temps, une pigmentation et un épaississement cutané peuvent apparaître. Un pelage gras et une mauvaise odeur peuvent également survenir. Plus ces lésions auront mis de temps à apparaître, plus il faudra de temps pour les faire disparaître. Sur ces localisations, on va pouvoir observer des démangeaisons, plus ou moins sévères, mais aussi des complications infectieuses dues à des bactéries ou à des levures. Dans les oreilles, cela va entraîner une otite, et sur le corps, cela va se traduire par l'existence de boutons, pustules et croûtes.

 

Dermatite atopique à un stade débutant

Dermatite atopique à un stade plus avancé

 

Diagnostic
Le diagnostic et de la dermatite atopique canine est uniquement clinique. Autrement dit, il ne nécessite aucun examen complémentaire particulier en dehors de ceux qui doivent être réalisés pour éliminer les dermatoses qui ressemblent à une dermatite atopique. Il est donc notamment inutile d'effectuer des tests cutanés ou des tests sérologiques pour poser un diagnostic. Ces derniers ne servent qu’à déterminer à quels allergènes présents dans l'environnement l'animal est allergique, et ainsi à mettre en place une désensibilisation.
La dermatite atopique doit être distinguée de dermatoses cliniquement proches, comme la gale sarcoptique ou la démodécie.

Rougeur et infection des babines

Dermatite atopique à un stade avancé chez un Berger allemand

Inflammation des testicules chez un Yorkshire

Traitements
Le traitement de la dermatite atopique canine est simple et complexe à la fois. Avant tout, il est nécessaire de déterminer ce à quoi l'animal est allergique. La dermatite atopique peut ainsi résulter d'une allergie à des allergènes présents dans l'air, appelé aéroallergène, ou d'un ingrédient de son alimentation.


S'il s'agit d'une allergie alimentaire, le traitement est simple puisqu'il consiste simplement à retirer l'ingrédient ou les ingrédients responsable de la dermatite atopique. Les tests sérologiques ne présentent aucun intérêt pour diagnostiquer une allergie alimentaire et pour déterminer à quel ingrédient l’animal est allergique.


S'il s'agit d'une dermatite atopique due à des aéroallergènes, le traitement est bien plus complexe et il repose sur trois angles d'attaque. Le traitement étiologique, le traitement symptomatique, et la gestion de dermatoses associées et des complications infectieuses.


Le traitement étiologique c'est la gestion de la cause même de la dermatite atopique. Il s'agit de contrôler la présence de ces aéroallergènes dans l'environnement, notamment les acariens, mais aussi et surtout de mettre en place une désensibilisation. Celle-ci doit être systématiquement mise en place chez un chien qui présente une dermatite atopique due à des aéroallergènes. En effet, c'est le seul traitement qui permette de guérir le chien, il est relativement peu onéreux, et il n'entraîne que de rares effets secondaires. On considère que l'on peut guérir environ 60 % des chiens allergiques aux acariens de la poussière de maison, ces derniers étant les principaux responsables de la dermatite atopique due aux aéroallergènes. Pour déterminer les sensibilisations allergéniques du chien, et ainsi mettre en place une désensibilisation adéquate, il faut de préférence réaliser des tests cutanés, qui constitue à l’heure actuelle la méthode dite de référence. À défaut, on pourra réaliser une sérologie allergologique tout en sachant qu'il s'agit d'une méthode moins fiable, et donc avec une chance de guérison moins élevée.

Tests cutanés chez un Boxer


Le traitement symptomatique correspond aux molécules qui peuvent être administrées à l'animal pour contrôler les symptômes de la dermatite atopique notamment les démangeaisons et les rougeurs. On peut ainsi employer diverses molécules comme les antihistaminiques, les acides gras essentiels, les dérivés de la cortisone appelée corticoïdes, ou encore la cyclosporine. Globalement, ces traitements ne permettent en aucun cas de guérir l'animal mais simplement de contrôler les symptômes liés à cette dermatite allergique. Le chien est donc plus ou moins amélioré par ces traitements, mais dès qu'on les arrête les symptômes réapparaissent.


La gestion de dermatoses associées correspond au contrôle des dermatoses ou affections qui pourraient être associées à cette dermatite atopique, tandis que la gestion des complications infectieuses, correspond au contrôle des infections bactériennes ou fongiques résultant de cette dermatite allergique. C'est pourquoi, la gestion antipuces doit toujours être draconienne chez ces chiens atopiques, même si aucune puce n’est observée sur eux, et que dans bon nombre de cas un antibiotique et où un antifongique doit être associé, au moins en début de traitement.

Complications infectieuses sévères chez un Boxer atopique

Conclusion
La dermatite atopique canine est donc une dermatite allergique qui, même si elle n’est qu’incomplètement comprise, ne doit pas être négligée ne serait-ce que du prurit lancinent et des infections parfois sévères qu’elle entraîne. Elle peut tout à fait être contrôlée voire guérie, notamment parce que l'on dispose actuellement de traitements de plus en plus efficaces.

 









Copyright © by Vetderm All Right Reserved.

Publié le: 2006-06-19 (61841 lectures)

[ Retour ]
Content ©
 
Qui est en ligne

Bienvenue, Invité
Surnom/Pseudo
Mot de passe


Public en ligne:
Visiteurs: 7
Membres: 0
Total: 7